Recherchez une information :
TwitterFacebook Google + Linkedin Viadeo

Apprendre la langue des signes en crèche

25 septembre 2015

A boy with a hearing aids on gray background

La micro-crèche Manolia devrait ouvrir ses portes à Villeurbanne pour la rentrée 2016. Sa particularité ? Elle prévoit d’accueillir dix enfants sourds ou malentendants dans une structure leur permettant de parler à la fois français mais également d’apprendre à s’exprimer en langage des signes. Ce serait une première en France et une aubaine pour les près de 200 enfants sourds de l’agglomération lyonnaise et leurs familles. C’est d’ailleurs le manque de structure de ce type qui a poussé Célia Probst, interprète en langue des signes, à se lancer dans l’aventure aux côtés de Myriam Ribeiro, une maman lyonnaise sourde.
« Aujourd’hui, il y a des classes bilingues en maternelle, en primaire, au collège, bientôt au lycée, mais aucune en crèche », déplore Célia Probst. « On essaie donc de répondre à un besoin qui est mal satisfait. On souhaite offrir un cadre d’éveil bilingue langue des signes et français aux familles qui ont ce bilinguisme », ajoute-t-elle. S’il reste aux deux femmes encore beaucoup de chemin à parcourir avant l’ouverture de la crèche, Manolia semble déjà séduire puisque plusieurs demandes de parents ont déjà été formulées.
Mais bien sûr, la plus-value ne se limite pas seulement aux familles sourdes. Bienveillants mais parfois démunis face aux colères ou aux crises que peuvent être amenés à faire les enfants, les parents ne savent pas toujours interpréter les réactions de leur progéniture. En effet, les bébés qui ne parlent pas encore ont du mal à se faire comprendre des adultes, notamment pour exprimer une émotion, une sensation ou un besoin.
Élise Lefranc, directrice de la crèche Câlins et Galipettes à Herserange, l’a bien compris. «C’est un outil de communication commun à tous », apprécie la responsable. Toute l’équipe a suivi une formation avec l’association Comm’1 Signe de Thionville afin de connaître la base de ce langage. « Il s’agit de la langue des sourds avec le vocabulaire adapté aux enfants jusque trois ans. C’était très ludique, avec des jeux, des comptines… que nous appliquons ensuite à la crèche »
Le tout avec le soutien de la caisse d’allocations familiales qui a financé la formation. Les enfants aussi adhèrent, « c’est très naturel pour eux ». Même si certains ne l’utilisent pas tout de suite, ils en font usage au sein de leur famille. C’est comme pour les comptines. « Nous chantons beaucoup au sein de la crèche. Certains ne chantent pas avec nous mais ressortent ce qu’ils ont entendu à la maison », explique la directrice.

http://www.mlyon.fr/137903-une-creche-bilingue-francaislangue-des-signes-va-bientot-voir-le-jour-a-villeurbanne.html

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-longwy/2015/09/23/des-calins-et-des-signes-a-herserange

971 vues totales, 3 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *