Recherchez une information :
TwitterFacebook Google + Linkedin Viadeo

Comment les places en crèche sont-elles attribuées ? Exemple de la ville de Toulouse.

8 octobre 2015

Young attractive woman during job interview

Pour décider de l’attribution des places en crèche, le système de points est conservé, mais les revenus des parents ne sont plus pris en compte et les délais de réponse pour les familles ont été raccourcis de 15 jours. Cette réforme a été faite pour permettre à toutes les familles d’avoir une chance de trouver une place en crèche, pour faciliter la vie des personnes qui travaillent ou qui ont repris une activité et pour aider les classes moyennes. Voici le nouveau barème d’attribution des points :
- Couple dont les deux membres travaillent (5 points)
- Famille monoparentale qui travaille (5 points)
- Couple dont un membre travaille (3 points)
- Situation d’urgence : décès d’un proche, rupture de mode de garde, absence de logement stable (3 points)
- Handicap (3 points)
- Famille monoparentale qui ne travaille pas (2 points)
- Reprise d’activité (2 points)
- Parent mineur (2 points)
- Couple dont les deux membres ne travaillent pas (1 point)
- Naissances multiples et fratries (1 point)
– Antériorité du dossier (1 point)
Après deux refus successifs, les demandes sont automatiquement annulées, tandis que les demandes supérieures à un an se voient automatiquement accordées un point supplémentaire.

Auparavant, les directrices de crèches disposaient des places comme elles le voulaient. Il faut inverser l’ancienne logique dans laquelle les haltes-garderies étaient pleines d’enfants de personnes qui travaillaient et les crèche remplies d’enfants dont les parents ne travaillaient pas. Les couples qui travaillent constituent la majorité de la liste d’attente et il y a environ 4 familles par place.
Mais comment se passe exactement la sélection ? Les familles demandeuses sont préalablement choisies par la commission administrative, qui se tient en amont. Le but est de diversifier les profils par crèche (garde à temps plein, garde occasionnelle). Il faut également compter avec les modes de garde atypiques comme les urgences ou le travail de nuit, même si ils ne représentent que 15 demandes de garde sur les 3000 répertoriées. Mais cette répartition est plus difficile à dire qu’à faire, il manque par exemple des enfants de 2013 dans certains secteurs. En cas de profils identiques (nombre de points, jours de garde etc..) le choix est fait au hasard. A la fin de la commission, les directrices apportent la bonne nouvelle aux familles et contactent celles placées en file d’attente.
Un nouveau logiciel appelé Geocrèches est sorti en interne afin de situer les demandes secteur par secteur, rue par rue. Les directrices avaient besoin d’un réseau commun. On y retrouve les 72 crèches des six secteurs, les assistantes maternelles municipales, les familles qui ont fait une demande et celles qui ont déjà reçu une proposition. Les refus des parents sont également enregistrés afin d’éviter que le dossier d’un même enfant soit sur plusieurs structures. De plus, cette centralisation permet de faire des passerelles entre les secteurs.
Géocrèches permet aussi d’anticiper sur les futures commissions, mais aussi de voir les besoins de chaque quartier, même si les futurs projets sont décidés pour les prochaines années.

542 vues totales, 2 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *