Recherchez une information :
TwitterFacebook Google + Linkedin Viadeo

Des pesticides dans les couches de bébé

8 février 2017

perturbateurs endocriniens

Vous avez surement lu de nombreux articles à ce sujet … 60 millions de consommateurs a fait analyser 12 références de changes jetables pour bébés. Le test a révélé des traces de résidus toxiques dans la plupart des échantillons. Les fabricants de couches, eux, se défendent.

Pesticides, traces de composés organiques volatils ou dioxines, la liste des résidus toxiques retrouvés dans l’échantillon analysé par 60 millions de consommateurs est longue… Presque autant que la liste des marques visées. Pampers, réputée pour être l’une des meilleures marques de couches, se retrouve en bas de classement, particulièrement avec sa marque Baby Dry. L’association de consommateurs y a relevé la présence de pesticides et de dioxines. Des traces de glyphosate, le principe actif controversé, ont même été détectées dans des couches biologiques de la marque Carrefour. Parmi les bons élèves, les couches Mots d’enfants, la marque distributeur de Leclerc, obtient la meilleure note. Elles partagent le podium avec la marque bio Love & Green.

Comme le rappelle 60 millions de consommateurs, ces différentes substances sont classées « cancérogènes probables » ou « cancérogènes possibles ».

Toutefois ce manque de transparence n’est pas illégal. Contrairement aux produits cosmétiques par exemple, la réglementation ne contraint pas les fabricants de couche à détailler la composition de leurs produits.

Lors de la séance du Conseil de Paris du 31 janvier, Aurélie Solans, représentante du groupe écologiste, a interpellé la maire de Paris Anne Hidalgo à propos des résultats de l’enquête de 60 Millions de consommateurs sur la présence de résidus toxiques dans les couches pour bébé.

Parallèlement, la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, estime dans une lettre adressée à la Commission européenne que la présence de substances dangereuses dans les textiles, notamment les couches et protections hygiéniques « ne peut être tolérée ».

Le rapport de l’Anses devrait être remis à « la fin de l’année ».

1008 vues totales, 1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *