3 pistes de réflexion sur le bien-être au travail chez les professionnels de crèche

25 juillet 2022

photonewsletterarticle emotion

Professionnelle de la petite enfance et conseillère pédagogique, Nolwenn Kebe partage ses découvertes concernant les différences entre les systèmes français et canadiens ainsi que ses conseils pour une vie professionnelle plus épanouie.

Vous pouvez découvrir ses conseils sur son Instagram

 

Depuis des siècles, la nature humaine n’a eu cesse d’améliorer ses conditions de travail physique. De nombreux progrès mécaniques ont jalonné leur parcours de travailleurs pour réduire leur fatigue corporelle. Le 19ème et le 20ème siècle ont accéléré cette progression par de nombreux avantages sociaux : réduction du temps de travail, congés payés, ergonomie. Le 21ème siècle est un tournant. Les individus recherchent à présent un bien être « psychologique » dans leur activité professionnelle. Le dérèglement climatique et le COVID 19 ont provoqué de façon exponentielle ce ressentiment.

Malgré tout, notre travail occupe une grande place dans notre quotidien. Dans un secteur professionnel où les diplômes sont peu reconnus, où les métiers sont peu valorisés et où les moyens s’amoindrissent, être épanoui au travail, comment y arriver ?

Je vous propose 3 pistes de réflexion pour améliorer un niveau de suffisance dans le bien-être au travail : valeur personnelle, valeur de la structure, valeur de l’employeur.

 

1. Moi et mon bien-être au travail : Se connaître soi-même.

« Connaître les autres, c’est sagesse. Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure. » Lao Tseu

Dans un premier temps, demandez-vous ce que vous aimez ou ce que vous n’aimez pas en littérature, au cinéma, en musique. Ce petit exercice vous permettra d’identifier vos valeurs personnelles : amour, liberté, amitié, équité, vérité, honnêteté, sincérité… Une fois vos valeurs définies, vous connaîtrez votre fonctionnement vous saurez qu’on ne change pas, on s’adapte.

De ce constat, toute contre-valeur vous contrariera et provoquera une réaction négative et conflictuelle que seul le dialogue atténuera et résoudra. Demandez-vous également si vous aimez toujours votre travail. J’ai vu, des collègues, qui étaient fatigués, blasés et qui n’aimaient plus vraiment leur métier. Le changement fait peur oui, mais rester dans un travail pour lequel vous n’avez plus aucun plaisir devrait vous interpeller. Si vous l’aimez toujours, gardez le cap ! Il est important d’aller bien pour pouvoir prendre soin de l’enfant et de sa famille, il est important d’aller bien pour pouvoir travailler en équipe.

Il est essentiel de se connaitre pour maîtriser ses émotions. Peu d’éléments perturbateurs ne pourront alors vous affecter et cela vous permettra de rester d’humeur constante (une base solide pour une bonne journée auprès des enfants). Cependant, il y aura dans votre carrière professionnelle, des contrevaleurs qui viendront parfois bousculer vos journées : travailler dans l’humain, c’est s’ajuster et se réajuster sans arrêt. S’exprimer, verbaliser, parler : la solution est la communication.

En mettant en adéquation vos valeurs personnelles avec vos valeurs professionnelles, vous ferez déjà un premier pas vers votre épanouissement professionnel.

 

2. Mon équipe et mon bien-être au travail : se réunir

« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. » Henry Ford

Le travail d’équipe en crèche est un groupe de professionnels de la petite enfance ayant pour objectif commun le bien-être des enfants accueillis et de leurs familles. Les équipes sont très souvent pluridisciplinaires et on retrouve ainsi des infirmières puéricultrices, des éducateurs de jeunes enfants, des auxiliaires de puériculture, des agents petite enfance (ayant souvent leur CAP AEPE) mais également des psychomotriciens, des psychologues et des pédiatres.

Chaque professionnel est embauché pour ses compétences, dans le but de répondre aux objectifs définis par la hiérarchie, avec ses diplômes et ses expériences. Il faut donc apprendre à vivre ensemble avec ces différences au sein de cette collectivité travail. Pour un bon fonctionnement, il y a évidemment des règles qui s’appliquent à tout collectif : Respecter ses collègues comme professionnel à part entière, être ponctuel, faire preuve de courtoisie, se dire bonjour, merci, s’il te plaît…

Une bonne posture professionnelle est importante pour un épanouissement professionnel. Toutes les remarques sont constructives et exprimées pour améliorer notre travail et nos accompagnements au quotidien. Il n’y a rien de personnel sur notre lieu professionnel. La remise en question est de rigueur afin de réajuster nos pratiques professionnelles et ainsi affiner notre expertise. C’est d’ailleurs grâce à ces échanges (en réunion, en formation, en analyse des pratiques) que nous pourrons progresser ensemble dans ce même but : accueillir l’enfant et sa famille en structure petite enfance.

En mettant en adéquation vos valeurs professionnelles avec les valeurs de l’équipe, vous ferez alors un second pas vers votre épanouissement professionnel.

 

3. Mon employeur et mon bien-être au travail : s’entretenir

« Il faut traiter ses employés comme l’on traite ses meilleurs clients. » Stephen Covey

Lorsque vous signez un contrat de travail, vous signez pour des droits et des devoirs. Votre employeur a également des droits et il s’engage à respecter ses devoirs envers ses salariés (entre autre : protéger et veiller à la santé, la sécurité et la dignité de ses employés, les payer pour le travail accompli).

Cependant, le fait de respecter ses devoirs d’employeur n’est plus suffisant pour pour que les salariés soit épanouis au travail. C’est la reconnaissance au travail qui est essentielle et qui permet un fonctionnement optimal des salariés au sein de la structure, au sein d’un groupe.

Je ne parle pas là, de reconnaissance financière (qui est élémentaire), je parle de reconnaissance positive : le fait de vous reconnaître comme individu et non comme employé en se concentrant tout simplement sur la relation humaine si importante dans notre métier. Il y a ensuite la reconnaissance des résultats, de l’effort et de la pratique c’est là, où vous vous sentirez valorisé et où vous pourrez gagner en confiance et en estime de vous.

En mettant en adéquation vos valeurs professionnelles avec les valeurs du groupe pour lequel vous travaillez (public, privé, associatif) vous faites alors ce troisième et dernier pas vers votre total épanouissement professionnel.

 

Pour conclure, le travail a une valeur morale : se connaitre, vivre ensemble dans le travail d’équipe et accepter l’auto-hiérarchie, l’autorité (respect de la règle). Votre travail est votre choix. Votre travail doit permettre votre épanouissement. Cependant si votre travail ne correspond plus à vos valeurs professionnelles et si malgré les analyses de pratique, les réunions d’équipe, les entrevues avec votre hiérarchie vous ne vous sentez plus écouté, valorisé et à votre place pourquoi ne pas envisager une évolution dans votre carrière ou un changement complet de voie, une orientation différente.

A chacun, maintenant, de cheminer vers son bien-être travail suite aux trois réflexions que je vous ai proposées.

 

Nolwenn Kebe

@ilovemyejejob

 

Vous êtes bloggeur(se) ou professionnel(le) petite enfance et vous souhaitez participer à la ligne éditoriale de Crèchemploi ? Contactez-nous !

2099 vues totales, 7 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial