Dysfonctionnement des crèches privées : un documentaire à charge ?

11 février 2020

crèches privées

Face a un réel manque de places en crèche, les structures privées se développent de plus en plus et devient un secteur en pleine expansion.

En 2018, 15% des places étaient gérées par des acteurs privées, alors qu’en 2004, la quasi-totalité de ces établissements étaient municipaux. Selon l’Institut de recherche Xerfi, le secteur a triplé depuis 2010, dépassant le milliard d’euros de chiffre d’affaires.

L’enquête Pièces à Conviction a diffusé un reportage sur France 3, pointant du doigt les dysfonctionnements de certaines crèches privées. Pour autant, la généralisation peut sembler excessive?

“Usines à bébés” et turn-over ?

Parmi les éléments à charge présentés par  l’enquête, on compte les sous-effectifs. Il arrive qu’une employée doit gérer seule 15 ou 20 enfants, alors qu’elle est censée s’occuper que de 8 bébés. Les besoins fondamentaux des enfants (manger, dormir…) sont assurés, mais l’impasse serait trop souvent faite sur la pédagogie, le développement…

Restrictions budgétaires

Le documentaire pointe également du doigt la logique économique. Une ancienne directrice évoque les conditions de sa dernière structure : “la priorité, c’est le financier”, “on est plus dans le bien-être de l’enfant, on est dans la rentabilité”.

Le budget couches, par exemple : “On a fait une prévention en amont avec les équipes pour qu’il n’y ait pas de gaspillage et que les changes soient faits uniquement si nécessaire, c’est à dire après deux ou trois urines”

Il en est de même pour la nourriture, en misant sur les éventuels absents :  “pour 31 enfants, on commandait 28 repas” déclare l’ancienne directrice. Les journalistes s’interrogent : La rentabilité serait-elle prioritaire devant le bien-être des bébés ?

La Fédération Française des Entreprises de Crèches réagit

“Ces exceptions ne font pas la règle et ne doivent pas permettre de jeter l’opprobre sur tout un secteur, des équipes et des entreprises engagées au quotidien au service de l’éveil et de l’accompagnement des jeunes enfants”, réagit la FFEC. En effet, ces dysfonctionnements, s’il existent parfois, ne peuvent être généralisés à l’ensemble du secteur privé. De fait, depuis 7 ans la FFEC interroge la satisfaction des parents avec IPSOS : le personnel en contact avec les enfants y est estimé : 8,6/10 et plus de 3 parents sur 10 le considèrent parfait. Plus globalement, 95% des parents recommandent la crèche de leur enfant et les parents font confiance à leur crèche avec une note de 8,8/10.

Sources :

www.lepoint.fr

www.francetvinfo.fr

https://ff-entreprises-creches.com

www.magicmaman.com

983 vues totales, 3 aujourd'hui

Mots-clefs : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial