Focus sur le programme Egalicrèche de Artemisia

3 septembre 2019

kids-3449794_640

Crèchemploi a eu le plaisir d’échanger avec Sophie Collard, Coordinatrice et Chargée de mission chez Artémisia.

Pouvez-vous présenter Artémisia ? 

Créée en 1998, Artémisia est un bureau d’études et un organisme de formation agréé, spécialisé sur la promotion de l’égalité femmes-hommes.

Nous mettons en place des actions sur la formation, la sensibilisation et l’accompagnement à destination d’un public varié : les professionnel.le.s de la petite enfance, les acteurs et actrices de l’éducation, de la culture, du travail social….

Rattaché à l’université de Toulouse Jean-Jaurès, notre rôle est de faire le lien entre la recherche universitaire et le terrain professionnel.

Qu’est-ce que le programme « Egalicrèche » ? 

Egalicrèche est un programme de formation, à destination des professionnel.le.s de la petite enfance.

Des visites régulières sont organisées dans les crèches sur une durée de 2 ans. Cela permet au personnel de prendre son temps et d’avancer à son rythme, notamment en terme de déconstruction des stéréotypes de sexe.

Nous accompagnons chaque membre de la crèche, du personnel d’entretien à la direction. Cela crée une certaine cohésion d’équipe et les actions peuvent se mettre concrètement en place.

Comment se met en place cette formation ? 

Dans un premier temps nous présentons le projet à l’équipe et aux familles, puis dans un second temps nous observons l’environnement, durant plusieurs heures et à différents moments de la journée.

Nous veillons aussi à observer les interactions entre les professionnel.le.s et les enfants, mais également avec les parents.

Nous ne souhaitons pas éduquer différemment les filles ou les garçons, nous souhaitons juste les accompagner selon leur personnalité, et non parce que ils sont du sexe féminin ou masculin.

Pour ce faire nous mettons en place des ateliers de mise en pratique, choisis avec les équipes en fonction de leur envie ou du diagnostic réalisé. Par exemple, nous pouvons réaménager l’espace de sorte à ce que les jeux soient mélangés. Ainsi il n’y a pas un coin réservé aux filles et un coin réservé aux garçons.

Par la suite nous instaurons un suivi avec les équipes pour voir ce qui fonctionne ou ce qui est à améliorer.

Pourquoi mettre en œuvre ce programme dès le plus jeune âge ? 

Les stéréotypes de sexe entre 0 à 6 ans sont très présents, notamment à travers la publicité, les livres… De façon inconsciente, nous transmettons des messages sexués.

Cela peut avoir un impact sur notre parcours professionnel. Aujourd’hui par exemple, il est plus difficile pour les filles d’accéder à un poste à responsabilité, et c’est le résultat de ce qu’on transmet à l’enfant.

Notre objectif envers les citoyens et citoyennes de demain est de leur permettre d’acquérir les bons outils critiques, afin qu’ils puissent se développer avec le moins de stéréotype possible et qu’ils puissent choisir plus librement leur choix.

Rencontrez-vous les mêmes problématiques selon les types de structures ? 

Nous avons travaillé avec plusieurs types de crèche et à différents endroits.

On s’aperçoit qu’il n’y a pas de différence selon la zone géographique car on obtient les mêmes résultats d’observations. En revanche, plus la crèche est petite, moins il y a d’inégalité dans la structure.

Cela peut s’expliquer par un accompagnement plus personnalisé, et donc moins soumis à des stéréotypes.

Association Artémisia

Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Maison de la Recherche SAGESSE – CERTOP

http://www.artemisia-egalite.com/

 

1323 vues totales, 1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial