Enfants agressifs en crèche : comment les gérer ?

6 juin 2018

Enfants agressifs en crèche : comment les gérer ?

Les comportements agressifs sont fréquents et normaux entre 18 mois et 3 ans. Durant les premières années de leur vie, les enfants découvrent que le monde ne leur appartient pas, qu’ils doivent suivre des règles qu’ils n’ont pas choisies, qu’ils ne comprennent pas toujours et qu’ils estiment injustes. Jusqu’à 3 ans, ils expriment leurs frustrations en développant certaines formes d’agressivité, souvent physique, par manque de mot. Le rôle des professionnels de crèche est alors de les accompagner durant cette étape de développement. Ce travail est à faire en binôme avec les parents qui doivent être actif dans l’éducation de leur enfant. Patience, tolérance et fermeté sont les mots qui définissent le mieux ces moments.

L’agressivité et son évolution

L’agressivité chez les enfants de moins de 2 ans s’exprime par des colères, des pleurs ou des coups. Les enfants manque de mots pour exprimer ce qu’ils ressentent et ce qu’ils veulent. Le processus de maîtrise de ses émotions est difficile, ils sont enclins à des impulsions « je veux » et « je prends » lorsque les mots sont introuvables.

Par exemple, lorsqu’ils veulent un objet ou qu’ils désirent, tout simplement, garder quelque chose en leur possession, ils auront tendance à se disputer, à crier ou à pleurer. Ces premières crises sont ce qu’on appelle des conflits de possession. Ils ont lieu lorsque deux enfants veulent le même objet ou l’attention d’une même personne.

Vers 2 ans, la période du « non » arrive. Les enfants affirment leur autonomie et répondent systématiquement « non » lorsqu’ils sont en colère ou frustrés. Cette crise du « non » est la période où les enfants cherche leur personnalité et teste les limites de son entourage. Il est important d’être à l’écoute pour comprendre ce « non », mais il ne faut pas se laisser manipuler et être capable de se faire obéir. Pour vous, professionnels, il est essentiel de leur faire comprendre les choses et de définir les interdits.

L’âge de 3 ans passé, l’agressivité diminue, car les enfants acquièrent la parole. Dans le cas contraire, il est nécessaire de creuser sur les raisons de cette attitude et de les aider à maîtriser leurs émotions.

Source : Naître et grandir 

7337 vues totales, 2 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , ,

3s réponse à “Enfants agressifs en crèche : comment les gérer ?”

  1. Commentaire créé par Pernod le Jun 6th 2018 at 12 h 49 min: Répondre

    « Il ne faut pas se laisser manipuler »-> les enfants de cet âge ne sont pas des manipulateurs svp !!! L’immaturité de leur cerveau ne le leur permette pas. Ce sont les adultes qui interprètent ça comme des caprices et de la manipulation, mais du point de vue des enfants c’est uniquement l’expression de leurs émotions.

    • Commentaire créé par Crèchemploi le Jun 7th 2018 at 10 h 55 min: Répondre

      Bonjour Mme Pernod,

      Nous vous remercions pour ce partage très riche ! Il est vrai que tous les enfants ne sont pas sujets à cette période du “non” et selon les points de vue, les avis concernant son interprétation peuvent différer. Chacun a sa façon d’appréhender ce moment, l’essentiel est de réussir à le gérer dans les meilleures conditions tout en étant à l’écoute des besoins de l’enfant. L’entourage de l’enfant doit surveiller ses actes et mesurer ses paroles.

      Cordialement,

      L’équipe de Crèchemploi.

  2. Commentaire créé par Pernod le Jun 6th 2018 at 12 h 42 min: Répondre

    Le « terrible two », une invention médiatique qui agit comme une prophétie.

    A propos de ce que la psychologie d’inspiration analytique appelle la « phase d’opposition », nommant ainsi cette période autour de 2 ans où DES enfants (et non pas « LES » enfants, c’est bien là où se trouvent les limites de cette affirmation) disent “non” sans arrêt et refusent (en apparence) tout ce qu’on leur propose.

    Cette théorie médiatiquement très répandue (mais jamais démontrée) et considérée partout comme un acquis, non seulement parce qu’elle est un stigmate adultiste pour les enfants mais surtout parce que ce comportement n’est ni endogène, ni universel (il suffit de voyager un peu et rencontrer d’autres cultures pour s’en apercevoir) : il est réactionnel et procède d’apprentissages.

    Ces enfants disent “sans arrêt non” et “s’opposent à tout” parce qu’ils sont en plein exercice de l’expression verbale et que c’est LE mot qu’il ont entendu le plus régulièrement depuis l’acquisition de la marche et LE comportement qu’ils ont le plus observé : quand les adultes ont passé leur temps à s’opposer à quasiment toutes leurs explorations et à imposer leurs propres choix.

    En aucun cas donc, ce fameux et terriblement injuste stigmate “terrible two” n’est une fatalité (tout comme la crise d’adolescence). Les enfants dont on respecte les besoins (d’exploration entre autres) et qu’on ne cherche pas à contraindre “à la voix” en leur disant non à longueur de journée, échappent à ce modèle.

    L’Education Efficace permet de se libérer de ce genre de croyances qui limitent le champ de l’action éducative, pour accorder à l’observation et à l’empathie toute la puissance de leur simplicité. Chaque fois qu’un enfant pense/dit/fait quelque chose qui vous pose problème, plutôt que de chercher à l’intérieur de sa « psychologie » l’origine « pulsionnelle » de ses réactions, demandez vous toujours qui il est en train d’imiter et comment il a appris à penser/dire/faire comme cela.

    Laurence Dudek, Autrice de « Parents bienveillants, enfants éveillés – les 10 clés de l’Education Efficace ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial