La communication bienveillante en crèche

27 mai 2020

La communication bienveillante en crèche

Article rédigé par Héloise Canonville. Passionnée par la qualité relationnelle entre l’enfant, les parents et les professionnels de la petite enfance, cette éducatrice de jeunes enfant de profession à choisi d’en faire l’axe principal de son métier. Elle propose des ateliers pour les parents et les enfants, des formations pour les professionnels de la petite enfance. Plus d’infos sur son blog et sa page Facebook.

La communication bienveillante en crèche, certains diront peut-être que cela va de soi. Et pourtant ce n’est pas si évident…

Oui bien sûr, les professionnels en crèche sont bienveillants, c’est en tout cas le souhait de la plupart. Et parfois ils se retrouvent bien maladroits dans leurs réactions, les mots choisis, la posture adoptée. Parce que ça ne va pas toujours de soi. Parce qu’il y a des automatismes ancrés. Parce qu’on a toujours fait comme ça. Et que même si on entend de plus en plus parler de la communication bienveillante, il y a des habitudes de langage qui perdurent.

Disons ce qui est : ce n’est pas si simple de passer ses phrases en positif, de penser ce qu’on dit et l’impact que cela peut avoir. Et pourtant : lorsque l’on prend le temps de soigner sa communication, d’observer ce qui se dit, ce qui se fait, et d’adapter notre posture alors on peut voir sur les enfants comme sur les adultes les effets de la communication bienveillante en structure petite enfance.

Pour commencer je vais définir ce que j’entends par communication bienveillante. Il s’agit d’une communication positive (ça ne veut pas dire que l’on va dire oui à tout !), afin qu’elle soit la plus claire possible, et surtout consciente. Consciente de l’impact qu’elle aura sur la personne à qui cette communication est destinée, que ce soit un enfant ou un professionnel. Et j’insiste là-dessus, car souvent en formation on me dit « je viens apprendre à mieux communiquer avec les enfants ». Oui bien sûr, la première préoccupation des personnes travaillant avec les jeunes enfants, c’est bien sûr les enfants eux-mêmes. Pour autant la communication bienveillante est valable pour tous, et au même niveau. Car si la communication est plus simple entre les professionnels, cela veut dire aussi que les relations dans l’équipe vont être plus fluides, que le quotidien peut s’organiser plus facilement et que les tensions éventuelles peuvent être très vite levées. J’invite les équipes que j’accompagne à appliquer cette communication entre les adultes. Les effets positifs se voient généralement assez vite quand tout le monde se prête au jeu. Et c’est là qu’on se rend particulièrement compte de l’impact de notre communication, et que l’on peut ressentir l’effet que cela peut apporter auprès des enfants.

Et pour eux alors ? Les enfants sont en pleine construction. Maturation des différentes parties du cerveau, apprentissages multiples… Le positionnement des adultes qui vont les accompagner aura un impact réel sur leur futur. En effet ce que nous apportons aux enfants dans la toute petite enfance se sont les fondations pour les adultes de demain. Comme je le disais plus haut, il ne s’agit pas de dire oui à tout. Car nous le savons, l’enfant a besoin d’un cadre pour se construire. Mais il s’agit de choisir des mots et une posture adaptée pour donner ce fameux cadre. Car plus la communication est adaptée, en ayant conscience du niveau de développement, en respectant les capacités du cerveau de l’enfant, plus nous l’encourageons dans son développement.

Avoir une base de sécurité solide, être accompagné par des mots choisis, encouragé dans ses expériences, va permettre à l’enfant de développer ses capacités, sa confiance en lui, et plus largement son estime de lui, et aussi développer son intelligence relationnelle, c’est-à-dire son apprentissage de la relation avec les autres.

C’est pour cela que la communication bienveillante ce n’est pas qu’une histoire de recette, de remplacer un mot par un autre. Il ne suffit pas de dire « marche » au lieu de « ne cours pas », si c’est pour le crier de l’autre bout de la pièce, sans explication. C’est être auprès des enfants, avec eux. C’est les connaître, par l’observation et l’écoute que l’on apporte et que chaque professionnel met déjà en œuvre. Les connaissances sur le développement du jeune enfant permettent de comprendre ce que nous observons et adapter ce que nous proposons. Les techniques de communication ensuite : c’est du bonus ! Les professionnels de la petite enfance savent observer, analyser, adapter leur posture en fonction des besoins des enfants. La posture professionnelle que nous avons au quotidien est la base de tout. Et c’est là la moitié du travail qui est déjà faite. S’ajoutent ensuite quelques notions de communication pour que notre posture empathique soit la plus juste possible dans ce que nous verbalisons auprès des jeunes enfants.

Vous êtes bloggeur(se) ou professionnel(le) petite enfance et vous souhaitez participer à la ligne éditoriale de Crèchemploi ? Contactez-nous !

 

4074 vues totales, 4 aujourd'hui

Mots-clefs : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial