La Puéricultrice et l’Auxiliaire de puériculture : Quelles différences ?

1 avril 2019

la puéricultrice et l'auxiliaire de puériculture

La puéricultrice et l’auxiliaire de puériculture travaillent souvent en binôme. Cependant leurs missions ne sont pas identiques, leur charge de responsabilités non plus. Ces différences proviennent de leur formation initiale.

La formation :

Pour être auxiliaire de puériculture il faut posséder le diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture (DEAP). Pour cela il faut passer le concours d’entrée d’un institut de formation d’auxiliaire de puériculture (IFAP) et suivre une formation sur 10 mois (plus de détail sur le DEAP ici).
Il n’y a pas de prérequis pour passer le concours d’entrée en IFAP.

La formation de puéricultrice est plus longue. Il faut être titulaire d’un diplôme d’Etat d’infirmier (bac +3) ou de sage-femme (bac +4). L’un ou l’autre de ces deux diplômes est nécessaire pour tenter le concours d’entrée d’une école de puériculture, qui délivrera finalement le diplôme d’Etat de puériculture (plus de détail sur le DEP ici)

Avec une expérience professionnelle de 3 ans minimum dans le secteur hospitalier ou médico-social, une auxiliaire de puériculture peut passer le concours d’entrée des IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) pour préparer le diplôme d’Etat d’infirmier ou le DEEJE (diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants).

La différence de formation justifie le fait que l’auxiliaire de puériculture travaille (comme son nom l’indique) sous la responsabilité de la puéricultrice.

Les missions :

Dans les EAJE, l’auxiliaire de puériculture est responsable d’un groupe de 5 à 8 enfants, âgés de 3 mois à 3 ans. Ses missions sont de veiller au bien-être du jeune enfant à travers cinq points clés :

  • La sécurité affective par son positionnement bienveillant,
  • La sécurité physique par un aménagement des espaces adaptés,
  • Les soins du quotidien : le change, l’alimentation, le sommeil…
  • L’épanouissement de l’enfant à travers des activités d’éveil, de loisir et d’éducation,
  • La prise en compte individualisée de l’enfant et l’apprentissage de son autonomie

 

La puéricultrice aura aussi bien des missions de terrain, d’administration, que des missions liées au management :

  • Accompagner, conseiller et soutenir les familles dans la parentalité,
  • Organiser et animer les ateliers d’éveil pour les enfants,
  • Éduquer et sensibiliser les enfants sur l’importance de l’hygiène corporelle en complément des parents,
  • Assurer la sécurité, l’hygiène, les soins et organiser la surveillance médicale,
  • Participer à l’élaboration et veiller à la bonne mise en place du projet pédagogique,
  • Assurer la continuité de direction en cas d’absence du responsable de l’établissement,
  • Assurer la cohésion d’équipe au sein de votre unité et sensibiliser l’équipe à l’importance des valeurs éducatives autour de l’enfant,
  • Recruter les équipes en collaboration avec la direction ou le pôle ressources humaines et manager les équipes au quotidien.

 

Le poste d’infirmière puéricultrice permet d’accéder à des fonctions de direction d’un EAJE.

Découvrez la fiche métier complète des infirmières puéricultrices et des auxiliaires de puériculture.

Sources : www.cidj.com

15959 vues totales, 3 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , , ,

2s réponse à “La Puéricultrice et l’Auxiliaire de puériculture : Quelles différences ?”

  1. Commentaire créé par brigitte ilski le Mar 9th 2021 at 6 h 31 min: Répondre

    Bonjour,

    Je souhaiterais devenir Puéricultrice.
    J’ai un diplôme de CAP Petite Enfance et je travaille en micro crèche.
    Faites vous cette formation?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial