Le système des crèches allemandes

7 janvier 2022

Kinder und Erzieherin beim Vorlesen

Comment fonctionnent les crèches à l’étranger ? Quelles sont les différences ou points communs avec notre système ? Nous vous proposons une série d’articles sur ce sujet !

 

Nous commençons par le système de crèche allemand, l’un de nos voisins frontaliers, avec un petit point historique. Au début des années 2000, l’accueil de jeunes enfants subissait un retard très important qui avait pour conséquence une baisse de natalité, un recul du nombre d’emploi féminin, mais aussi des conséquences négatives sur le développement des enfants.

L’Allemagne ayant décidé de reprendre les choses en mains, en votant plusieurs lois programmant à terme la mise à disposition d’environ 400 000 places de crèche sur une période de 13 ans (2005-2018). En 2017, le quota est quasiment atteint puisque le taux de réalisation est de 90%.

 

Comment fonctionnent les crèches en Allemagne ?

Les jardins d’enfants ou écoles maternelles (pour les enfants de 3 à 6 ans) sont connus sous le nom de Kindergärten alors que les crèches (avant 3 ans) sont appelées Kindertagesstätte, les deux étant gérés par la commune, l’église ou un gérant privé. Il est important de préciser que l’école n’est obligatoire qu’à partir de 6 ans, contre 3 ans en France.
Avant la réforme menée par le pays pour augmenter le nombre de place d’accueil pour les enfants en crèche, la demande de place pour les enfants de moins de 3 ans était bien supérieure à celles disponibles alors que les taux de remplissage des Kindergarten n’étaient pas au maximum. C’est pourquoi ces derniers ont élargi leur offre d’accueil aux enfants dès leurs 2 ans.
Certaines crèches optent par exemple le modèle d’adaptation berlinois qui consiste à impliquer les parents dans cette phase qui dure deux semaines. Durant les trois premiers jours, il n’y a pas de séparation entre l’enfant et les parents. Cela permet au jeune arrivant d’avoir un repère fiable et connu. Dès le quatrième jour, la phase de séparation commence, augmentant au fur et à mesure que les journées passent. L’enfant est alors placé avec un référent qui le suit tout au long de son parcours.

 

Le déroulement d’une journée type se passe comme en France, avec des points fixes : arrivée, petit-déjeuner, activités/phase d’éducation libre, déjeuner, sieste + repos, goûter et enfin départ. Chaque activité prend en compte les besoins de chaque jeune, adaptant le repas ou le temps de repos par exemple.

 

Quels professionnels exercent au sein des structures ?

 

Une majorité des professionnels de crèches sont des éducateurs, formés à accompagner les enfants du plus jeune âge jusqu’à leur majorité. Il y a également des auxiliaires de puériculture (qui représentaient 13% en 2008), mais aussi du personnel sans formation, à hauteur de 6%, et des socio-pédagogues (2%). La profession de puéricultrice n’existe pas en Allemagne.

 

Sources :

https://www.le-jardin.eu/fr/qui-sommes-nous/un-regard-sur-la-creche/

https://avenir-zukunft.eu/wp-content/uploads/2017/12/Le-syst%C3%A8me-%C3%A9ducatif-de-la-petite-enfance-en-Allemagne.pdf

https://www.strategie.gouv.fr/publications/places-creche-lallemagne-mieux-france-dix-ans

 

1753 vues totales, 11 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial