L’inclusion des enfants porteurs de handicap dès le plus jeune âge

30 mai 2022

Down Syndrome child crawling in green grass

Présidente de l’association « Mon handicap à moi », autrice et professionnelle de la petite enfance, Manuela Seguinot éduque et informe sur les bonnes pratiques concernant l’accompagnement des jeunes enfants en situation de handicap. 

Accueillir les enfants porteurs de handicap dès le plus jeune âge en collectivité est idéalement la forme la plus appropriée et serait ce que l’on attend d’une société dite « inclusive ».

Hélas, nous sommes encore bien loin de la réalité et des obligations majeures de la Loi de 2005 dans les structures d’accueil de la petite enfance, mais il y a quelques progrès.

 

Pour rappel, La loi “Handicap” du 11 février 2005 a apporté de nombreuses avancées dans les domaines suivants :

  • L’accueil des personnes en situation de handicap
  • Le droit à compensation en établissement comme à domicile
  • Des ressources
  • La scolarité : tout enfant porteur d’un handicap a le droit d’être inscrit en milieu ordinaire, dans l’école la plus proche de son domicile

 

Les principales problématiques rencontrées pour l’accueil d’un enfant porteur de handicap sont les locaux inadaptés et les professionnels non formés. Aujourd’hui, le dépistage précoce de certains handicaps peut désormais se faire lorsque les professionnels y sont formés. Il faudrait pour cela une formation de sensibilisation aux premiers signes dans chaque établissement.

Nous en sommes encore loin. Les professionnels œuvrant en ce sens sont malheureusement peu nombreux. Autre point noir de cet accompagnement, le prix des formations. Les métiers de la petite enfance sont peu reconnus, les salaires sont faibles. Pour se former, si ce n’est le Compte Professionnel de Formation (CPF), c’est extrêmement difficile car très coûteux.

Pour information, les organismes comme la CRAIF (Centre Ressources Autisme Ile de France) existent. Ils permettent aux professionnels accompagnants des enfants porteurs de handicap de bénéficier de certaines formations indispensables. La MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), certaines associations, les CMPP (Centre Médico Psycho Pédagogique) peuvent également accompagner les professionnels.

Pour exemple : un enfant qui ne répond pas à son prénom, ne vous regarde pas lorsque vous l’interpellez et qui n’interagit pas avec les autres enfants de son âge, présente des signes qui posent question. Il est indispensable de se faire confiance, de se fier à son ressenti et à son expérience lorsque l’on détecte des comportements inhabituels.

Peu importe si l’on n’est pas en mesure d’identifier immédiatement ce qu’il se passe, le fait d’alerter la famille permet une prise en charge rapide. Là encore, alerter une famille face aux difficultés que peut rencontrer un enfant doit se faire avec empathie et bienveillance. Cela n’a rien d’évident et, cela peut être un choc pour les parents. La méconnaissance du handicap, la peur, le déni sont autant de facteurs à prendre en considération pour accompagner les familles. Le schéma « ordinaire » est en général l’orientation vers le pédiatre qui, après examens, décidera du parcours de soins à adopter (CRAIF, CMPP…) pour une prise en charge optimale.

De plus en plus aujourd’hui, des outils tels que la langue des signes (LSF) peuvent être utilisés au sein des établissements de la petite enfance. Donner aux enfants, dès le plus jeune âge, la possibilité de s’exprimer, handicap ou non, est essentiel. Ces outils favorisent la communication et réduisent la frustration. Il existe aussi des outils alternatifs à la communication, tels que le Makaton. Le Makaton permet une communication à plusieurs vecteurs : la verbalisation, les signes (proches de la LSF) et les pictogrammes (images simplifiées).

Tous les enfants, avec ou sans déficience peuvent se l’approprier. Mettre à leur portée plusieurs possibilités pour exprimer un souhait, un besoin ou une émotion est une réelle avancée.

Je vous invite à découvrir des témoignages, des lectures, films, articles sur mon blog et sur mon site internet . Envie d’en savoir plus sur le Makaton, retrouvez moi sur Facebook et  Instagram.

 

Vous êtes bloggeur(se) ou professionnel(le) petite enfance et vous souhaitez participer à la ligne éditoriale de Crèchemploi ? Contactez-nous !

 

10833 vues totales, 1 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , , ,

Aucune réponse à “L’inclusion des enfants porteurs de handicap dès le plus jeune âge”

  1. Commentaire créé par LF le Jun 9th 2022 at 1 h 57 min: Répondre

    Very nice article. I absolutely love this website. Keep
    writing!

  2. Commentaire créé par HAMADACHI le Jun 2nd 2022 at 8 h 52 min: Répondre

    L’APATE crée et gère des établissements d’accueil petite enfance réservant 1/3 de ses places aux enfants porteurs de handicap.
    Depuis plus de 30 ans l’APATE œuvre pour que chaque enfant quelque soit la nature ou la gravité de son handicap, soit accueilli parmi ses pairs.
    Aujourd’hui l’APATE gère 6 EAJE et un centre de formation ouvert aux professionnels de la petite enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial