Loi ESSOC : quelles sont les conséquences à venir ?

5 juin 2019

Loi ESSOC réforme crèche

Les normes d’accueil de la petite enfance devrait prochainement évoluer dans le cadre de la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (ESSOC).

Cette révision de l’ensemble des modes d’accueil améliorerait la productivité ainsi que la rentabilité des établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE).

 

Ainsi, la loi ESSOC prévoit divers changements :

  • Une suppression du ratio de 40% d’encadrement par les professionnels qualifiés.
  • Une augmentation du nombre d’enfants par professionnels : 5 enfants jusqu’à 15 mois et 8 après cet âge.
  • Une réduction de la surface d’accueil par enfant de 5,5 m² au lieu de 7 m².
  • Un accroissement du nombre d’enfants en micro-crèches passant de 10 à 16.
  • Des possibilités d’accueil en surnombre à titre exceptionnel, quasiment tous les jours de la semaine.

 

A l’annonce de ce projet de loi, quelles ont été les réactions des professionnels du secteur ?

 

Un mécontentement général

 

Le collectif “Pas de bébé à la consigne” lutte contre cette réforme et tire la sonnette d’alarme. Ainsi, des milliers de personnes se sont rassemblées dans 40 villes de France afin d’exprimer leur désaccord face à ces diverses mesures.

Ce qui est souhaité :

  • Le retour à un ratio d’au moins 50% de professionnels les plus qualifiés en établissement.
  • Passer progressivement à un ratio moyen d’encadrement d’1 professionnel qualifié pour 5 enfants.
  • Limiter les possibilités d’accueil en surnombre à 110% de l’effectif en EAJE.
  • Garantir la qualité de professionnels de la petite enfance à la direction des EAJE.
  • Inscrire dans le temps de travail des temps de réflexion sur les pratiques professionnelles.
  • Promouvoir la formation continue des professionnels.

 

Quelles mesures seront adoptées ? Qu’en est-il des conditions de travail en crèche ?

Certains professionnels déplorent un manque de personnel et de moyens en EAJE. Selon eux, la loi ESSOC dégraderait fortement la situation. Le sous effectifs des encadrants doublé du sur effectifs des petits rendrait même difficile leur volonté d’accorder le temps nécessaire à chacun d’entre eux.

Alors, face à cette réforme, comment garantir la qualité d’accueil en établissement d’accueil de jeunes enfants ?

 

Sources :

Le site de l’association Pas de bebe à la consigne

Le quotidien 20minutes

Le magazine en ligne La gazette des Commune 

 

 

 

 

 

 

8156 vues totales, 1 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial