Présence de substances toxiques dans les couches jetables pour bébé

25 janvier 2019

cute baby with stethoscope in hands

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (l’ANSES) publie un rapport sur la composition des couches jetables pour bébé. L’analyse concerne 23 références, y compris celles dites écologiques.

Selon les résultats, on a retrouvé du glyphosate, qui est un herbicide présent aussi dans les pesticides, des dioxines, qui sont des polluants organiques, et des hydrocarbures aromatiques, substances comportant des risques d’allergies cutanées et classées cancérogènes probables pour l’homme par le Centre International de Recherche sur le Cancer.

Certaines de ces substances sont volontairement ajoutées. C’est le cas des hydrocarbures, présents dans les colles utilisées pour la fermeture des couches, et des hydrocarbures aromatiques qui vont donner l’aspect parfumé. D’autres, sont présentes dans les composantes des matières premières utilisées pour la production des couches ou se forment au cours du processus de fabrication ou du blanchiment.
Ces substances peuvent ensuite entrer en contact avec la peau de bébé ou migrer dans l’urine.

Cependant, l’ANSES tient à préciser qu’ « il n’y a pas de risque immédiat pour la santé des enfants ».

On reproche également aux fabricants le manque de transparence vis-à-vis de la composition des couches.
Par exemple, le leader Pampers met en avant la douceur de ses couches, sans afficher la composition des produits. Or, c’est justement la cellulose et plusieurs matières plastiques qui vont apporter cet aspect de douceur. Malheureusement, la réglementation n’oblige pas les fabricants de couches à révéler la composition de leurs produits, comme c’est le cas pour les produits cosmétiques.

A l’inverse, il semblerait que les marques présentant le moins de risques sanitaires soient « Mots d’enfants » de Leclerc et « Love&Green ». En effet, ces derniers affirment utiliser des bioplastiques, contrairement à leurs concurrents qui recourent à des matériaux moins onéreux tels que le plastique. De plus, ce sont les marques les moins chères du marché.

Les ministres de l’Economie, de la Santé et de la Transition écologique appellent les fabricants à revoir leurs modes de fabrication, à mieux choisir leurs matières premières et à être plus transparents sur la composition de leurs produits.
Ils disposent de 15 jours pour prendre des engagements pour éliminer ces substances toxiques.

La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) s’engage à renforcer les contrôles en 2019 et la France plaidera pour des règles européennes plus protectrices.

En attendant, il est conseillé aux parents d’être vigilants sur les substances facilement repérables, telles que le parfum et l’encre.
L’ANSES dresse la liste des substances dites à risques présentes dans les couches jetables dans son rapport.

Quelles alternatives pour les parents soucieux de protéger leurs petits de risques éventuels ?

La couche lavable, qui contrairement à la couche jetable, ne présente aucune toxicité. Elles sont composées de matières naturelles telles que le coton, le chanvre ou le bambou.
De plus, sur le plan écologique, elles sont plus respectueuses de l’environnement. Elles produisent 95% de déchets en moins et consomment 50% d’eau en moins.
En effet, les couches jetables requièrent 26 000 litres d’eau par enfant lors de leur production. Chaque année, 3,5 milliards de couches sont jetées et 351 000 tonnes de déchets doivent être traités, soit un coût de 21 millions d’euros.

L’autre alternative ?

Supprimer la couche et opter pour l’hygiène naturelle en tentant de repérer les signes qui annoncent l’arrivée des besoins du bébé. Cette alternative nécessite néanmoins d’être présent à temps plein auprès de bébé car elle requière une grande implication.

 

Sources : Francetvinfo.fr, magicmaman.com, leparisien.fr, lefigaro.fr, lepoint.fr, hamac-paris.fr

 

1016 vues totales, 2 aujourd'hui

Mots-clefs : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial